Faculté des sciences
DESS bio-informatique

Perspectives de la bioinformatique

Le DESS en bioinformatique à l'Université du Québec à Montréal a pour objectif la formation de spécialistes en bioinformatique. Notre programme offre aux étudiants la possibilité d'acquérir de nouvelles connaissances en biologie et informatique nécessaires pour oeuvrer dans le domaine des biotechnologies.

L'essor de la génomique et de la protéomique rend indispensable la formation de spécialistes capables d'intégrer les connaissances issues des biosciences et de l'informatique. Le besoin de nouvelles approches et méthodes analytiques pour explorer l'importante quantité de données biologiques générées constitue un défi pour les candidats ayant des formations en mathématiques ou en informatique. La maîtrise de nouveaux et puissants outils permettra aux biologistes et aux biochimistes d'explorer de nouveaux champs de recherche.

L'expansion de la biotechnologie dans le monde, au Canada, et particulièrement au Québec, offre des perspectives d'emploi intéressantes dans un domaine à la pointe de la technologie, que ce soit dans la recherche ou dans l'industrie. Les besoins en personnel qualifié en bioinformatique touchent des domaines aussi divers que l'industrie pétrolière, minière, forestière, sans oublier des domaines plus connus tels que la pharmaceutique, l'industrie alimentaire et agricole ainsi que la recherche fondamentale.

À la fin de leur formation, les étudiants ontla possibilité d'effectuer un stage dans des entreprises de biotechnologie ou des laboratoires de recherche situés dans la région de Montréal. Plusieurs étudiants des premières promotions ont, par la suite, poursuivi leur carrière au sein de ces entreprises et laboratoires.


Industrie de biotechnologie au Québec (données 2012)

Selon le site d'Investissement Québec l’industrie montréalaise de biotechnologie se trouve en pleine expansion.

Montréal en pleine expansion

Montréal est le moteur de la génomique au Canada. On y trouve des centres de recherche de renommée internationale, dont :

Les centres de recherche importants suivants existent aussi au Québec :


Industrie pharmaceutique au Québec (données 2012)

Une vingtaine d'entreprises pharmaceutiques internationales ont établi leur siège social canadien au Québec. Parmi les plus importantes, on trouve :

Montréal, au cœur de la recherche canadienne

Le Québec est le centre de la recherche fondamentale au Canada. Cinq sociétés pharmaceutiques internationales y mènent des projets de recherche poussés dans leurs centres privés de R-D.

Plus de 2 000 chercheurs impliqués directement dans la découverte et la mise au point de molécules thérapeutiques œuvrent au Québec tant en pharmaceutique, qu'en biotechnologie et en chimie médicinale.

Bon nombre de médicaments ont été découverts et mis au point au Québec :


Biotechnologie Mondiale

Selon "Ernst&Young":

<< Strong product pipelines and product success, record-breaking financing totals, unprecedented deal activity and impressive financial results mark historic industry advances >>

Le Canada se remarque par la plus forte hausse des revenus (22%) par rapport aux É-U et l'Europe (14%).


Le secteur canadien de la biotechnologie

Selon "Gouvernement du Canada":

Le Canada est un acteur clé du secteur mondial de la biotechnologie, où il occupe une place de plus en plus importante. Selon Ernst & Young, en 2006, 82 sociétés canadiennes de biotechnologie cotées en bourse ont généré des recettes totales de 3,2 milliards de dollars américains, ce qui représente 4,4% du chiffre d’affaires mondial dans le secteur et une hausse de 25% par rapport à 2005. Avec des dépenses de recherche-développement (R-D) de 885 millions de dollars américains, ces sociétés ont réalisé plus de 3% des dépenses mondiales de R-D dans les biotechnologies.

En comptant ses 465 sociétés privées de biotechnologie, le Canada abrite presque 11% des entreprises de biotechnologie du monde. PricewaterhouseCoopers a établi récemment que dans le secteur de la biotechnologie, le Canada est le pays où le nombre d’emplois en R-D, le nombre de demandes de brevets d’origine étrangère et les sommes affectées à la R-D à des fins commerciales augmentent le plus rapidement.

La majorité des sociétés canadiennes de biotechnologie oeuvrent essentiellement dans les produits et les applications touchant la santé humaine, mais les segments de l’agriculture, de l’environnement et de l’industrie ne sont pas en reste. De nombreuses entreprises installées au Canada oeuvrent activement à la mise en application et la commercialisation de biotechnologies novatrices.

Un rapport de BioTalent Canada sur le marché du travail dans la bioéconomie canadienne publié 2007 note une hausse de 13% du nombre d'employés entre 2003 et 2005.

La croissance du secteur est propulsée par de petites et moyennes entreprises, souvent dans des domaines non traditionnels de la biotechnologie. Les entreprises comptant 49 employés ou moins représentaient 75% du total, une augmentation de 72% par rapport à 2003.


Place de la bioinformatique

La bioinformatique est une force importante du secteur canadien de la biotechnologie. Ce segment comprend la génomique et les domaines qui y sont liés, l'ingénierie tissulaire et la technologie liée à la découverte de médicaments ainsi que les services. Bioinformatics Solutions, DNA LandMarks et Kinexus Bioinformatics comptent parmi les entreprises canadiennes de bioinformatique

Selon le rapport "Global Bioinformatics Market Outlook" de RNCOS publié en septembre 2007:


Bioinformatique au Québec

Au Québec, il y a de nombreuses entreprises qui se spécialisent en bioinformatique. Par exemple, pratiquement toutes les entreprises de biotechnologies emploient des bio-informaticiens. La bioinformatique joue un très grand rôle dans l'avenir de la biologie. Entre autre, dans la comparaison de séquences et la reconstruction de génomes. C'est principalement dans les secteurs pharmaceutique et médical qu'on retrouve des bio-informaticiens de même que dans les secteurs des produits de diagnostics et des procédés biologiques.


Emplois dans les secteurs de l'industrie de la santé au Québec, 2004

Secteur Nombre d'employés %
Pharmaceutique 7900 25%
Technologies et matériel médical 11000 35%
Produits naturels 3050 10%
Biotechnologie 2700 9%
Fabrication 2900 9%
Recherche contractuelle 4000 13%
Source: Montréal International et BIOQuébec (2005)


Biotechnologie au Québec

Selon "Gouvernement du Canada, 2007":

La principale grappe biotechnologique canadienne est située à Montréal, au Québec.

Plus de 180 moyennes et grandes entreprises de biotechnologie publiques et privées sont établies au Québec. Elles emploient 4 500 personnes et ont réalisé en 2005 des dépenses de R-D dans la biotechnologie de l'ordre de 560 millions de dollars. Montréal est un centre international particulièrement important du développement génomique. Le Centre d'innovation Génome Québec à l'Université McGill, l'Institut de recherche en biotechnologie, le Centre Robert-Cedergren et le Centre protéomique du Québec sont des centres de recherche de calibre mondial.

AstraZeneca, DSM Biologics, Merck Frosst et ProMetic Life Sciences comptent parmi les grandes entreprises de biotechnologies qui exercent des activités à Montréal.

Selon "CNRC,Conseil National de Recherches Canada, 2005":

Siège de la plus forte concentration d'activités de R-D en biotechnologie au Canada, Montréal est aussi l'emplacement de l'une des plus importantes grappes au monde dans le secteur des sciences de la vie en évolution rapide. Cette grappe montréalaise peut s'enorgueillir de ses quelques 540 entreprises procurant du travail à plus de 37 000 personnes et de ses 125 centres de recherche dont l'effectif global croît au rythme de 2 000 emplois par année.

La grappe montréalaise du secteur des sciences de la vie a attiré des investissements de plus de 400 millions de dollars au cours des trois dernières années et compte le nombre le plus élevé d'entreprises en démarrage dans le secteur de la biotechnologie au Canada.

La masse critique d'activités dans le secteur montréalais des sciences de la vie est renforcée par la présence de douzaines de grandes sociétés pharmaceutiques transnationales dont plusieurs géants comme les Laboratoires Abbott Limitée, Bristol-Myers Squibb et Merck Frosst.

La capacité scientifique de la collectivité repose sur la présence d'un bon nombre d'organisations de recherche mondialement reconnues comme l'Institut neurologique de Montréal, l'Institut de recherches cliniques de Montréal, les laboratoires de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal, l'Institut de cardiologie de Montréal, l'Institut Armand-Frappier et l'Institut de recherche en biotechnologie du CNRC (IRB-CNRC).

Ensemble, toutes ces organisations ont aidé la grappe en sciences de la vie de Montréal à occuper une place prépondérante dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires, en épidémiologie, en immunologie, en neurologie, en neurobiologie, en oncologie et en virologie.

Le Québec est une balise de la biotechnologie au Canada. Selon Statistique Canada, 30% des entreprises de biotechologies sont établies au Québec.

Distribution des entreprises en biotechnologies de tous les secteurs au Canada


Source: Statistique Canada (2004)

En 2003, la majorité des entreprises de biotechnologies se spécialisaient dans la thérapeutique (59%). Les principaux domaines de spécialisations sont ensuite la génomique et la protéomique (12%) suivit de près par le développement de techniques de diagnostique (10%).

Les entreprises qui oeuvrent en biotechologies de la santé sont principalement jeunes et dynamiques: 45.5% sont en opération depuis 5 a 10 ans.


Biotechnologie au Canada

Selon "Industrie Canada":

Recherche et développement

La croissance régulière du secteur de la biotechnologie du Canada est en grande partie attribuable à de solides compétences scientifiques et à l'investissement continu du pays dans la recherche et le développement. L'industrie canadienne de la biotechnologie a témoigné de son engagement sur le plan de la R-D en investissant 1,7 milliard de dollars canadiens en 2005, ce qui représente une augmentation de 15 % par rapport aux dépenses de R-D de 1,5 milliard de dollars canadiens observées en 2003. Les entreprises canadiennes ont accru en moyenne leurs dépenses de R-D de 39 % par année entre 1997 et 2005.

Le Canada est le pays du G7 qui a enregistré le taux de croissance le plus rapide quant au nombre de travailleurs dans le domaine de la R-D, aux demandes de brevets de l'extérieur et aux dépenses en R-D. La capacité croissante du Canada au chapitre de la R-D biopharmaceutique est une évolution normale de nos activités de recherches, qui ont acquis une renommée internationale dans des domaines tels que la génomique, la protéomique, la bioinformatique, les cellules souches, les immunothérapies, le génie protéique et les nouveaux systèmes d'administration de médicaments. Seize universités canadiennes sont affiliées à un réseau de plus de 100 hôpitaux universitaires et instituts de recherche.

Les sociétés canadiennes de biotechnologie continuent de diversifier leurs produits et procédés et d'être actives dans divers sous-secteurs de la biotechnologie. De même, les activités de recherche des universités et des hôpitaux universitaires canadiens présentent d'importantes occasions commerciales. Au Canada, plus de 500 produits biopharmaceutiques sont actuellement à diverses étapes du développement, qui vont de la recherche à la mise en marché.

Entreprises biotechnologiques canadiennes, par secteur, 2005

PRODUITS THÉRAPEUTIQUES EN DÉVELOPPEMENT (phases I à III)

Cancer 63
Maladies cardiaques 27
Maladies neurologiques 20
Sang, peau et troubles respiratoires 18
Maladies infectieuses 14
Troubles digestifs et troubles de croissance 14
Ophtalmologie, transplantation, diabète 9
SIDA/VIH et troubles autoimmuns 6
Troubles musculo-squelettiques 5
Total 176
Source : The Biopharmaceutical Pipeline Report, Industrie Canada, 2006

Croissance et répartition des entreprises

En 2005, les entreprises biotechnologiques canadiennes ont vu leur nombre passer à 532, ce qui représente une augmentation de 9 % depuis 2003. Selon E&Y, le Canada est demeuré au deuxième rang mondial pour ce qui est du nombre d’entreprises biotechnologiques, ce qui témoigne d’ un climat favorable aux affaires et de la volonté du Canada de développer ce secteur vital. En 2005, les revenus des entreprises biotechnologiques se sont élevés à 4,2 milliards de dollars canadiens, ce qui représente une augmentation de 9 % par rapport à 2003.

Revenus et R-D, 1997-2005


Pharmaceutique

Selon "R&D,CanadaPharma":

Voici quelques exemples des contributions économiques et des investissements réalisés jusqu’à présent par les compagnies membres de R-D au Canada.


Génomique et Protéomique

Selon "Gouvernement du Canada":

Le gouvernement du Canada supporte plusieurs initiatives de génomique internes et externes, dont la protéomique. Par exemple, 55 millions de dollars ont été affectés sur trois ans en 1999 et 59,7 millions de dollars de plus ont été affectés sur trois ans en 2002 et en 2005 pour la recherche en génomique dans les laboratoires fédéraux. Depuis 2000, 600 millions de dollars ont été versés à Génome Canada, qui a recueilli à ce jour plus de 400 millions de dollars de fonds de contrepartie.

Entre 2000 et 2005 Génome Canada a financé 80 projets et depuis août 2005, encore 346 millions de dollars ont été investis dans 33 grands projets novateurs, qui dureront de trois à quatre ans.


Sources

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : Janvier 2014